L'histoire des panneaux shoji à travers les époques

Et comment cette cloison de séparation a traversé l'Asie et le temps

Les shoji japonais ont été adaptés à partir de paravents chinois créés des centaines d'années avant 400 avant JC. Leur histoire remonte pourtant à des milliers d'années, a voyagé à travers de nombreux pays et s'est adapté à différentes cultures.

Shoji, leur histoire de la Chine au Japon

Plus récemment, les panneaux shoji sont devenus un moyen d'exprimer l'art populaire japonais, ainsi qu'un objet d'ameublement fonctionnel qui peut être utilisé comme cloison ou séparation.

Qu'est-ce qu'un panneau Shoji ?

Un shoji est un paravent translucide qui sert généralement de cloison intérieure pour préserver l'intimité tout en diffusant une lumière douce dans toute la pièce. Un shoji se compose généralement d'un cadre en bois rempli de papier et parfois de tissu. Traditionnellement, ils étaient utilisés comme présentoirs décoratifs représentant des légendes et d'autres éléments de l'histoire du Japon.

Shoji désignent également des structures qui se placent sur des portes ou des fenêtres, et qui sont parfaitement adaptés à leur forme. Traditionnelement les paroies translucides étaient fabriquées à partir d'un papier composé de nombreuses couches dans une séquence spécifique, à l'aide d'une technique connue sous le nom de KARIBARI.

Le papier utilisé est appelé le WASHI, ce n'est pas du papier de riz car il est fabriqué à partir de l'écorce du mûrier.

De part son aspect translucide, certaines personnes appellent les shoji des panneaux en papier de riz, mais il s'agit d'un abus de langage.

L'histoire du Shoji a réellement commencée en Chine

Bien que la plupart des gens pensent que les panneaux shoji sont uniques à la culture japonaise, lils sont en fait issus d'une idée qui a vu le jour en Chine. Certains des plus anciens paravents chinois qui existent encore aujourd'hui ont été fabriqués au 8e siècle de notre ère.

La plus ancienne histoire des paravents remonte à la dynastie Zhou, vers 300 avant notre ère. Ils étaient installés le long des murs des tombes de la dynastie Han. C'est lorsque les paravents chinois ont été introduits au Japon que la forme moderne de panneau japonais que nous connaissons a été créée.

Les paravents chinois étaient à l'origine utilisés comme cloisons. Fabriqués à partir de cadres en bois, ils étaient maintenus ensemble par des lanières de cuir qui étaient attachées ensemble par des trous dans le bord du panneau. Les paravents japonais ont été construits sur une base similaire, mais ils contrastent à bien des égards avec le paravent original chinois.

Différence entre les panneaux chinois et japonais

Les Shoji chinois étaient lourds et n'étaient pas faits pour être transportés. Les panneaux japonais sont plus légers et faciles à déplacer, c'est une caractéristique commune des meubles japonais.

Les panneaux chinois étaient faits de bois, de rotin et de bambou. Les shoji japonais ont été fabriqués à partir de papier washi, ce qui explique leur légèreté et leur facilité de transport.

Les paravents japonais ont été utilisés à de nombreuses fins différentes. Les shoji et paravents japonais ont été utilisés pendant les cérémonies de thé, comme décoration en fond durant les concerts et les danses, ainsi que durant les cérémonies bouddhistes.

Le travail artistique sur les panneaux shoji japonais commençait généralement sur la partie basse. C'est parce qu'il est d'usage pour les gens de s'asseoir sur le sol dans la culture japonaise. L'oeuvre d'art centrée sur le bas pour qu'elle soit à hauteur des yeux.

Les paravents pliants voyagent dans le monde entier

Le commerce entre l'Asir et l'Occident a facilité l'expansion des paravents et des panneaux à travers le monde. En 1543, des marchands arrivèrent à Malacca (une partie de la Malaisie) en provenance du Portugal.

Les commerçants européens ont été intrigués par l'ingéniosité de ces paravents et ont commencé à les adapter à leurs propres besoins.

Bien que ce soit la première fois que les Occidentaux ont été initiés aux paravents en papier, ils n'ont pas été popularisés en raison des restrictions commerciales sévères qui étaient en place jusqu'au Japon jusqu'au milieu des années 1800.

En 1853, Matthew Perry débarque au Japon. Perry a joué un rôle central dans l'ouverture des frontières du Japon au monde occidental lors de la Convention de Kanagawa. L'ouverture des frontières du Japon au reste du monde occidental signifiait que les commerçants et les marchands aideraient les Shoji japonais à voyager à travers le monde.

Adaptations européennes du Shoji

Les Européens ont été initiés aux écrans shoji à une époque où il y avait un renouveau continu dans les arts décoratifs. À l'époque, le papier peint était attaché à une toile puis accroché à un cadre, de sorte qu'il partageait beaucoup de points communs avec les écrans shoji. C'est pour cette raison que la production d'écrans shoji et de papier peint en Europe sont étroitement liés.

Les paravents occidentaux étaient plus semblables aux paravents chinois en raison de l'utilisation de l'encadrement, de la composition verticale des panneaux individuels. Ils étaient beaucoup plus simples que les sophistiqués panneaux japonais.

Alors que les paravents occidentaux sont au fil du temps devenus un projet de bricolage que l'on pouvait faire soit même à la maison, les paravents japonais sont restés un objet convoité et très apprécié.

Les panneaux shoji japonais sont vénérés pour leur beauté artistique.

Ils étaient exposés de la même manière qu'un tableau serait exposé à l'intérieur d'une maison plutôt que d'être utilisé comme un véritable mur de séparation.

Le Shoji se modernise

Les panneaux shoji modernes sont encore très populaires aujourd'hui et fabriqués encore mieux que par le passé sans perdre l'authenticité originale qu'ils avaient autrefois.

Des procédés de fabrication ont contribué à la conservation des paravents. Ces techniques les rendent moins sensibles aux déchirures et au rétrécissement dû au temps. Pour cela, on superpose les couches de Washi en alternant les grains de sorte que le papier soit plus équilibré horizontalement et verticalement.